Réunion d'information du promoteur

Extrait de la NR du 22 juin 2017

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Communes/Vigoux/n/Contenus/Articles/2017/06/22/Turbulences-autour-des-eoliennes-3142991

Après la visite au mât de mesure des « Sables », à Vigoux, samedi dernier, où se sont invités les opposants de Pas de vent chez nous (NR du 20 juin), la société Solaterra a organisé une réunion publique, à la salle des fêtes, lundi, pour informer la population de l'avancement du projet éolien. Cette réunion a regroupé environ soixante-dix personnes. Julien Calabre et Justine Lledo, représentant la société Solaterra, ont présenté le projet.

L'éolien, pas la seule réponse

Jacques Pallas, maire de Saint-Georges-sur-Arnon, a présenté son expérience d'implantation d'éoliennes dans sa commune. Son intervention n'a pas convaincu l'auditoire, la majeure partie étant constituée de membres du collectif Pas de vent chez nous, opposé au projet.


Après avoir été traité de « menteur » à plusieurs reprises, Julien Calard a réussi à expliquer le projet qui consiste en l'implantation, « si le préfet donne son accord », de sept éoliennes au lieu-dit « Le Point de vue », à l'intersection des communes de Vigoux, Argenton et Celon. Concernant le projet des « Sables », le nombre d'éoliennes n'est pas encore défini. 


« Nous sommes d'accord pour la baisse du recours aux énergies fossiles, mais la seule réponse éolienne ne nous convient pas. La réponse doit être plurielle et adaptée à chaque territoire. Chez nous, ce n'est pas la Champagne berrichonne, mais la Creuse et l'Anglin, la Vallée des peintres et le vieux Saint-Benoît, a martelé Jean Panel, président du collectif Pas de vent chez nous. Il faut cesser de copier les modèles et s'ouvrir à d'autres formes d'énergies renouvelables. Le débat ne doit pas se réduire uniquement à l'éolien. »
S'adressant ensuite à Jacques Pallas, le président du collectif lui a signifié : « Je trouve votre intervention décalée. Pourquoi un maire n'étant pas du Boischaut-Sud intervient-il pour faire la promotion de l'éolien chez nous ? »


Sa deuxième remarque s'est adressée au promoteur. Elle faisait état de « l'annulation, par le préfet, des projets voisins de Vigoux : Chaillac, Parnac et Saint-Gilles, pour des raisons environnementales et patrimoniales ».


Enfin, sa troisième remarque allait vers Roland Pinlon, nouveau maire de Vigoux ; « Je ne comprends pas que vous n'entendiez pas la colère qui monte et m'inquiète, même quand on sait que les gens sont blessés avec ce projet et que la tension alimente la fracture sociale que l'on constate aujourd'hui sur nos territoires. »


La réunion s'est terminée par deux interventions d'élus de Bazaiges, commune voisine : une du maire, Isabelle Portrait, qui a annoncé que « si une réunion publique a lieu dans ma commune, je souhaite un débat plus serein et respectueux ». Son adjoint, Jean-Pierre Aubray, favorable aux énergies renouvelables, dont l'éolien, a ajouté : « Pour ma part, je ne vois pas l'avenir chez nous comme celui de Tchernobyl. »

Lionel Marchenay