Le vent

Implanter des éoliennes dans notre région est un non-sens absolu car elle n’est pas propice à l’exploitation de l’énergie éolienne.

 Pour commencer à produire de l'énergie, un aérogénérateur exige une vitesse de vent minimale, dite vitesse de démarrage. Pour la plupart des éoliennes modernes, cette vitesse de vent est de 4 m/s (14,4 km/h).  La vitesse de vent nominale qui permet à l’aérogénérateur de délivrer sa puissance maximale est de 14 m/s  (50 km/h) (Source ADEME).

L’European Wind Atlas (www.windatlas.dk) édite pour le continent européen les données relatives au potentiel éolien, au travers d’un zonage définissant des vitesses moyennes de vent à 50m au-dessus-du sol.

                       

 

Notre région, plutôt abritée,  se trouve dans une zone dans laquelle les vitesses moyennes se situent dans la tranche de 3,5 à 4,5m/s, c’est-à-dire en limite basse de potentiel éolien.

Or, ce n'est pas parce qu'une éolienne tourne qu'elle produit de l'électricité. Il lui faut une vitesse nominale:

(extrait de la documentation technique de l'éolienne V90 de Vestas)

 

Le "potentiel éolien" du sud de l'Indre est insuffisant pour justifier tous ces projets.

Les mâts de mesure que l'on voit pousser un peu partout, signes précurseurs de l'imminence de la menace, ne sont que des leurres puisque les résultats ne sont jamais communiqués. Ils rassurent la population sur la démarche "scientifique" du processus mais n'influent en rien sur une décision arrêtée confidentiellement à l'échelon politique local.

-