STOP AUX NOUVELLES EOLIENNES:  le cri d'alarme de dix députés 

 
TRIBUNE DE DIX DÉPUTÉS : Laure de La Raudière, députée Agir d’Eure-et-Loir ; Xavier Batut, député LaREM de Seine-Maritime ; Julien Aubert, député LR du Vaucluse ; Julien Dive, député LR de l’Aisne ; Nicolas Forissier, député LR de l’Indre ; Emmanuel Maquet, député LR de la Somme ; Pierre Morel-À-L’Huissier, député UDI-Agir de Lozère ; Sira Sylla, députée LaREM de Seine-Maritime, et Stéphane Trompille, député LaREM de l’Ain.

L’Assemblée étudie actuellement l’article 34 du projet de loi dit « confiance », qui vise à permettre à l’État de renégocier le tarif de rachat des six centrales éoliennes côtières dont le principe avait été arrêté en 2011 et 2013, voire à annuler ces projets si les tarifs proposés restent trop élevés. En pareil cas, le projet de loi prévoit que des appels d’offres sont relancés « sur la même zone géographique ou sur une zone géographique à proximité ».

Nous nous réjouissons de cette renégociation en cours qui aura un impact réel sur la facture d’électricité des consommateurs et la fiscalité des contribuables. C’est du bon sens. Mais nous exprimons notre forte inquiétude concernant la possibilité, en cas d’annulation, que des projets éoliens côtiers soient situés dans les mêmes zones que celles initialement prévues alors que le ministre Nicolas Hulot avait, dans une interview dans Le Figaro du 9 mars dernier, précisé que « ces projets n’ont pas été bien “zonés” » et que « les résistances ont été peu prises en compte ».

Effectivement, la France connaît une véritable crise de saturation de l’implantation des éoliennes. En tant que représentants du peuple, nous constatons que partout la colère gronde lorsqu’il s’agit d’installation de centrales éoliennes terrestres ou plantées au bord des côtes. L’acceptabilité sociale est tellement faible qu’on arrive à un niveau de taux de recours de l’ordre de 70 % sur toute la France. Lors de la récente enquête publique concernant la centrale éolienne entre Yeu et Noirmoutier, qui a suscité une forte mobilisation, 80 % de la population s’est déclarée opposée à ce projet, ainsi que la presque totalité des acteurs économiques de la mer et de la pêche.

Il n’est pas concevable de mettre en place une politique de transition énergétique sans un minimum d’acceptation et de consensus de la population concernée. Deux députés, deux sénateurs et le président du conseil départemental de la Somme ont écrit à Nicolas Hulot pour demander un moratoire concernant le développement de l’éolien dans leur département. Et la tension monte dans tous les territoires.

C’est pourquoi l’actuelle discussion concernant les projets de centrales éoliennes aux bords des côtes nous semble le moment opportun pour lancer une réflexion sur la réorientation des projets d’installation d’éoliennes, en mettant la priorité absolue sur l’éolien flottant à un minimum de 50 kilomètres des côtes.

Il y a quelques mois, le secrétaire d’État Sébastien Lecornu a inauguré la première éolienne flottante au large de Saint-Nazaire. Cette technologie française présente de très nombreux avantages. Elle supprime les problèmes d’acceptabilité, dans la mesure où ces éoliennes peuvent être installées loin des côtes, et préserve le potentiel touristique et les économies locales. Elle évite des travaux considérables dans les sous-sols marins et protège la biodiversité. En outre, cette technologie permet un raccordement simplifié aux fonds marins, avec un entretien facilité et un enlèvement aisé en cas d’avaries importantes. Les gisements de vents étant beaucoup plus importants en haute mer que sur la terre ou la côte, la production réelle attendue de telles centrales éoliennes se rapproche des 60 %, là où elle atteint difficilement en moyenne 25 % pour le terrestre. L’énergie électrique produite par ces éoliennes est beaucoup moins intermittente. Elle permet une utilisation bien moindre d’énergie fossile (charbon ou gaz) en compensation des moments non productifs d’électricité.

Des réflexions ont déjà été entamées sur le sujet, mais nous nous interrogeons fortement sur l’intérêt de maintenir des projets éoliens terrestres ou au bord des côtes, tel que l’article 34 de la loi en discussion le laisse entendre. Pourquoi ne pas profiter de cette renégociation pour envisager la mise en œuvre d’une technologie française d’avant-garde au travers des éoliennes flottantes à 50 kilomètres des côtes, plaçant la France en avance du fait de sa capacité à développer cette technologie innovante et à l’exporter dans le monde ?

C’est pourquoi, nous demandons au président de la République de décider un moratoire sur les éoliennes terrestres et au bord des côtes, et de réfléchir de manière urgente au développement des éoliennes flottantes non visibles des côtes.

Article du Figaro — 20 juin 2018

______________________________

Eoliennes : il faut modifier la loi !

par Nicolas FORISSIER, Député de la 2ème circonscription de l'Indre

 

Parmi les énergies renouvelables, l’éolien a fortement progressé ces dernières années. La mise en œuvre du Plan Climat va encore accélérer le développement de ces énergies. Et les technologies éoliennes ont parallèlement évolué, vers des installations toujours plus imposantes, plus puissantes et plus nombreuses. Mais le cadre normatif qui régit leur implantation n’a pas été adapté. Les éoliennes, de plus en plus hautes, sont implantées près d’habitations ou d’exploitations agricoles, provoquant interrogations, méfiance et désormais très souvent, rejet. De nombreuses questions, légitimes, ne sont pas complètement résolues : bruit, infra-sons, sécurité des installations (notamment en cas de vent violent), dénaturation du paysage …

J’ai donc déposé une proposition de loi afin d’augmenter le périmètre autour des éoliennes, afin de garantir le bien-être et la sécurité des habitants, à l’instar de ce qui s’est décidé dans plusieurs pays. L’OMS – Organisation Mondiale de la Santé - a d’ailleurs fortement souhaité un triplement de la distance actuelle de sécurité, pour la porter à 1500 m.

Je propose ainsi que la distance de sécurité entre un parc éolien et les zones d’habitation soit portée à 10 fois la hauteur du mât d’éolienne le plus élevé, sans être inférieure à 500 m.

 Sans titre

Je souhaite également que l’on poursuive la recherche et que l’on renforce l’information sur l’ensemble des impacts potentiels des parcs éoliens sur les habitations riveraines, ainsi que sur les élevages. La transparence et la fourniture d’informations fiables paraissent aujourd’hui nécessaires. La crédibilité et la solidité du développement des énergies renouvelables dans notre pays sont aussi liées à la confiance que lui porteront les Français.

 

 

Cette proposition de loi va dans le même sens que les 2 amendements déposés le 22 mai 2018 par M. Le Fur, Député des Côtes d'Armor et Vice-Président de l'Assemblée Nationale et de 26 autres députés, en vue de porter la distance minimale entre éoliennes et habitations à 1000m (amendement n°30) et à 10H (amendement n°31) 

Amendements eoliennes pjl elanAmendements eoliennes pjl elan

 

______________________________________________________

 Pas de passe-droits pour      les promoteurs éoliens!  

 

 La France n'est pas une république bananière.

 

Le Collectif Brandes et Bocages, associé à de nombreuses asociations de l'Indre, de la Creuse, de la Vienne et de la Haute-Vienne: 

  • Qui lutte depuis plusieurs années pour protéger les habitants, les paysages, le bocage, le patrimoine, la faune, de l’industrialisation sauvage du territoire par la spéculation éolienne,
  • Qui ne cesse d’alerter les pouvoirs publics, les élus et l’ensemble des habitants contre la dénaturation de notre espace rural par l’accroissement anarchique et incontrôlé de machines de plus en plus gigantesques,
  • Qui  dénonce les procédés utilisés par les promoteurs éoliens pour faire aboutir leurs projets coûte que coûte dans le dos de la population, aidés par  la complicité ou l’aveuglement de certains élus,

Lance aujourd’hui un cri d’alarme devant l’obstination du gouvernement  à vouloir imposer un développement forcené des éoliennes, qui outre leurs effets délétères sur l’environnement, sont inutiles et coûteuses pour le contribuable et l’usager. 

Cliquez: Lecornu communique des assocLecornu communique des assoc

 

Cet appel se réfère aux conclusions d'un groupe de travail présentées le 17 janvier 2018 par le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, visant à accélérer le développement de la filière éolienne:

Accélérer le contentieux relatif aux parcs éoliens terrestres et à leurs ouvrages connexes en ayant un contentieux en premier et dernier ressort devant la cour administrative d’appel

Simplifier le contentieux en figeant automatiquement les moyens au bout de 2 mois

Clarifier les règles pour les projets de renouvellement des parcs en fin de vie, via une instruction ministérielle

Renforcer la motivation des avis conformes et réévaluer des zones propices au développement de l’éolien

Supprimer l’approbation d’ouvrage électrique pour les ouvrages électriques inter-éoliens et les raccordements des parcs éoliens à terre et en mer

Passer la moitié des mâts d’un parc d’un balisage clignotant à un éclairage fixe

Mieux intégrer l’éolien dans les paysages

Faire évoluer la répartition de l’IFER éolien pour « intéresser » les communes aux projets éoliens
 
Travailler à un « guide des bonnes pratiques » entre développeur éolien et collectivité
 
Inciter le financement participatif des projets éoliens.

 

Dp groupe travail eolien 2018Dp groupe travail eolien 2018

 

________________________________

Président de la République, avec quelle énergie ?

 

L’éolien rural a dépassé les limites du supportable: il balafre le patrimoine, défigure la campagne, pollue les hauteurs. Les turbines des éoliennes marines utilisent des métaux critiques provenant de monopoles non européens ; cette dépendance est ignorée, les prix non maitrisés, le gaspillage accepté  puisque les éoliennes démontées après 20 ans n’auront tourné en moyenne que 4,5 années.
Abandonnées en décharge, les immenses pales en matériaux composites ne sont pas recyclables, la seule issue actuelle est … de les incinérer pour fabriquer du béton ; ce stock de pales usagées évoluerait entre 15 et 20 millions de tonnes d’ici à 2034.
À propos du prix, l’entretien des éoliennes marines est couteux et dangereux, son électricité coute cher. Des taxes le subventionnent, sinon pourquoi maintenir la taxe CSPE sur les factures d'électricité des français ?
Derniers sermons. L’infrastructure éolienne (socle de béton et câblages) est une pollution, elle ne sera probablement jamais totalement démantelée. Quid des infrasons, seront-ils définitivement diagnostiqués une souffrance pour les riverains jusqu’à 10km ?  Quid des éoliennes usagées vendues comme des véhicules d’occasion en Europe de l’Est, en Amérique du Sud, en Afrique ; qui les y recyclera en fin de vie ? Y-aurait-il  un délit éolien ?   À qui profiterait-il ?  Lire dans ce domaine l'Handelsblatt : « How to kill an Industry

Extrait de l’article Président de la République, avec quelle énergie ? - Les Echos - 5 janvier 2017
 

 

____________________________________________________

 

fig 

 ÉOLIENNES LE SCANDALE

Lire l'article du Figaro Magazine des 4 et 5 Septembre 2015

English version

________________________________________________

 

 

 

Nausées, troubles du sommeil, dépression … des témoignages de riverains s’élèvent contre les éoliennes !

 
Lire l'article de CAPITAL du 26/06/2015

 

Commentaire d'un riverain, extrait du site web de CAPITAL:
 

Je confirme !!!ces éoliennes me pourrissent la vie depuis qu'elles sont là . Au début , on fait pas trop attention , puis petit à petit , on pense avoir des acouphènes , puis on se dit "tient ,avant j'avais jamais de mal de tête ", puis on pense aussi que le bruit qu'on entend la nuit , vient de notre frigo qui vieillit ...etc....jusqu'au jour ou on fait la rapprochement avec ces éoliennes !!!!Beaucoup trop près de nos maisons !!!! Je suis pour l'écologie , mais nous pourrir la vie NON !!! Chez nous , dans l'yonne , elles poussent comme des champignons , nous sommes entourés , on ne nous demande pas notre avis , elles arrivent sans qu'on est eu une info sur le sujet ! Même les oiseaux sont perturbés , les pauvres , ici , entre les éoliennes ,les antennes pour les mobiles , les émetteurs etc...ils ne savent plus ou ils sont , j'ai vu avec une amie , des corbeaux se jeter sur les fenêtres pendant plusieurs jours , affolant !!!! Mais personne en parle .Il faut faire quelque chose !!!!! Nos santé en dépendent MERCI !

 

100% renouvelable pour pas plus cher, fastoche ?

 

Cliquez sur le titre pour découvrir, sous la plume de Jean-Marc Jancovici,  une brillante démonstration par l'absurde de la stupidité de "notre" "transition énergétique"

_________________________________
 

Etat des projets éoliens dans le département de l'Indre:

http://indre.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Transition-energetique

_________________________________

Carte interactive de la production d'électricité en Europe en temps réel

 
Cliquez sur le titre
 
 
__________________________________

257 EOLIENNES EN PROJET SUR NOTRE TERRITOIRE.

Carte projets eoliens 15 decembre 2016 page 2Cliquez sur la carte

_________________________________

NOUVEAU: CONSULTATION DES DOSSIERS DEPOSES EN PREFECTURE

Nous avons reçu de la part de la DDCSPP de l'Indre l'autorisation de mettre en libre disposition sur notre site les dossiers déposés par les promoteurs aux fins d'instruction.


" La CADA considère qu'une association peut diffuser sur son site internet des documents obtenus dans le cadre du droit d'accès aux documents administratifs (loi 17/07/1978, code des relations entre le public et l’administration) à partir du moment où ces documents ne sont pas altérés. Le dossier doit donc être déposé dans son intégralité. J'ajouterai que si l'on se réfère à l'article L322-1 (du CRPA) : "Sauf accord de l'administration, la réutilisation des informations publiques est soumise à la condition que ces dernières ne soient pas altérées, que leur sens ne soit pas dénaturé et que leurs sources et la date de leur dernière mise à jour soient mentionnées."

Vous avez l'accord pour déposer sur votre site les  dossiers en question, sous réserve du respect des conditions édictées ci dessus."

Vous trouverez les liens permettant d'accéder à l'intégralité de ces dossiers dans l'onglet correspondant au projet.

___________________________

 

Sites des membres du Collectif:

Bocages et Patrimoine

Lathus Vent Debout

Pas de Vent chez nous - Avenir Boischaut Sud

__________________________